jeudi 1 novembre 2012

Si nous ne récupérons pas notre fierté, tout combat que nous mènerons sera perdu d'avance. Nous devons être fiers de nous-mêmes, fiers de notre pays, de notre histoire, de notre culture, de nos traditions et cesser cette auto-culpabilisation post-coloniale indue qui nous rend si vulnérables face à nos adversaires. Nos revendications légitimes ne pourront être entendues que si on se réapproprie cette fierté ôtée par l'idéologie culpabilisatrice du politiquement correct et du tiers-mondisme.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire