jeudi 1 novembre 2012

L'islamo-gauchisme ou la duperie réciproque. P.A.Taguieff

L'ISLAMO-GAUCHISME OU LA DUPERIE RÉCIPROQUE

"Aujourd'hui, face à la menace qui pèse sur la Civilisation, il existe une réponse: l'Islam révolutionnaire! Seuls des hommes et de femmes armés d'une foi totale dans les valeurs fondatrices de vérité, de justice, de fraternité seront aptes à conduire combat et à délivrer l'humanité de l'empire du mensonge."
Ces phrases du terroriste Carlos illustrent un des phénomènes les plus étonnants de ces dernières années : la fusion entre l'extrême gauche athée et le radicalisme religieux.
C'est le philosophe iranien Daryus Shayegan qui a, dès 1982, le mieux théorisé la collision entre la raison historique et la révélation intemporelle, « l'idéologisation de la tradition », le chevauchement de deux ordres incompatibles tel qu'il s'incarne chez le penseur chiite du XXe siècle, Ali Shariati, plaquant des catégories marxistes sur un cycle prophétique et œuvrant quoi qu'il en ait à la sécularisation de l'Islam.
L'islamo-gauchisme a été pensé notamment par les trotskistes anglais du Socialist Worker's Party: constatant que la religion du prophète, quoique réactionnaire, est un facteur de bouleversements et non de passivité au cœur de nos sociétés, ils prônent un entrisme raisonnable, des alliances tactiques et provisoires avec elle sur certains sujets.
L'espoir pour une frange révolutionnaire de voir l'islam devenir le fer de lance d'une nouvelle insurrection au nom des opprimés ne va pas sans arrière-pensées réciproque: trotskistes, altermondialistes, tiers-mondistes se servent des islamistes comme d'un bélier centre le capitalisme libéral.
La haine du marché vaut bien quelques accommodements avec les droits fondamentaux, surtout celui de l'égalité homme/femme.
Les intégristes, déguisés en amis de la tolérance, pratiquent la dissimulation et se servent de la gauche pour avancer leurs pions sous le masque d'une rhétorique progressiste. Double tromperie : les uns soutiennent le voile ou la polygamie au nom de la lutte contre le racisme et le néocolonialisme. Les autres feignent d'attaquer la mondialisation pour imposer leur version de la foi.
Deux courants de pensée nouent des liens temporaires contre un ennemi commun: il n'est pas difficile de prévoir lequel écrasera l'autre une fois les objectifs atteints.
L'intransigeance gauchiste qui refuse tout compromis avec la société bourgeoise et n'a pas de mots assez durs pour fustiger les« petits Blancs »collabore activement avec les éléments les plus réactionnaires de confession musulmane.
Mais si l'ultra-gauche courtise avec une telle constance cette théocratie totalitaire, c'est peut-être moins par opportunisme que réelle affinité.
Elle qui n'a jamais fait le deuil du communisme démontre une fois encore que sa vraie passion n'est pas la liberté, mais la servitude au nom de justice.

P.A. Taguieff – « La nouvelle propagande antijuive »-

1 commentaire:

  1. Ce texte provient plutôt de Pascal Brucker : Pascal Bruckner, La Tyrannie e la pénitence; Essai sur le masochisme occidental, Paris, Grasset, 2006, p. 37.

    RépondreSupprimer