mercredi 31 octobre 2012

Une jérémiade article. Radicaux et modérés se partagent les rôles, mais mènent la même guerre : le djihad islamiste


Nous sommes en période de guerre.

Pourtant, c’est une guerre bien particulière qui nous est menée, sur plusieurs fronts et de manière insidieusement calculée. Etrangement, cette guerre n’est que rarement relayée par les organes traditionnels de propagande du politiquement correct et de manipulation culpabilisatrice des masses.

Cette guerre, nous allons la nommer : c’est ni plus ni moins le jihad islamique.

Face à ce jihad sur le sol européen, nous sommes face à une désespérante cécité des politiques, de la plupart des médias bienpensants, des « intellectuels » autoproclamés et des collabobos de gauche ou de pseudo-droite  ardents défenseurs du multiculturalisme béat.

Ce jihad mené contre notre civilisation sur notre propre terre ne se décline pas uniquement sous forme de fanatiques barbus vociférant contre les mécréants occidentaux que nous sommes. Il existe un jihad bien plus fourbe et probablement bien plus efficace qui se base sur une transformation socio-culturelle lente mais inexorable de notre mode de vie occidental.

Ce jihad non violent mais néanmoins bien dangereux est autant efficace que sa variante terroriste -qui n’est que l’expression la plus violente de la pression islamique- car il utilise un arsenal de méthodes de coercition « pacifiques » à tous les degrés imaginables de notre structure sociétale.

Pour citer quelques exemples, en commençant par le plus banal comme « le menu de substitution » dans les cantines scolaires, qui instaure déjà de fait « l’apartheid alimentaire », la nourriture Hallal imposée dans les fastfood, vêtements spécifiques sur les lieux publics, construction de mosquées-cathédrales , de piscines pour les femmes ou d’horaires décalés, incidents dans les hôpitaux pour que les femmes soient soignées par des femmes, émissions de télévisions pour fêter le Ramadan …

En vérité, les terroristes (« les islamistes ») et les non-terroristes (« les musulmans modérés ») jouent la même pièce de théâtre, dont la fin est patiemment programmée, en se partageant les rôles et in fine, le butin.

Pierre Mylestin

2 commentaires:

  1. Tout à fait exact,il y a des HOMMES modérés,mais,il n'y a pas d'islam modéré!et,finalement,ils se rejoignent au bout du chemin!

    RépondreSupprimer
  2. les modérés sont les jihadistes par procuration! ils soustraitent les crimes aux autres! et sont chargés de vous museler pour ne pas critiquer l'islam! ce qui facilite votre asservissement à l'islam

    RépondreSupprimer